Interview de Jasmin, la jeune maman empêchée d'allaiter au Louvre

Interview de Jasmin, la jeune maman empêchée d'allaiter au Louvre

  1. Home
  2. >
  3. Blog
  4. >
  5. allaitement
  6. >
  7. Interview de Jasmin, la jeune maman empêchée d'allaiter au Louvre

En juin dernier, Jasmin a souhaité nourrir sa fille de 5 mois dans une des galeries du Musée du Louvre. Un agent lui a demandé d'arrêter, prétextant que cela "pourrait déranger une partie des visiteurs". Elle a accepté d'être l'un des visages de notre campagne d'affichage pour la Semaine Mondiale pour l'Allaitement Maternel et s'est prêtée au jeu de l'interview pour nous en dire plus sur son histoire et ce que cela a changé pour elle. En posant pour cette campagne, elle réaffirme son droit dallaiter partout. Tout le temps.



Peux-tu te présenter ?

 

Moi c'est Jasmin et j'ai 35 ans. Je suis américano-française mais originaire du Bangladesh, le pays numéro un en allaitement !
J'ai grandi à New York, mais un jour j'ai rêvé de déménager en France. J'ai mis un an à apprendre la langue en regardant YouTube et la série H, un an à trouver un boulot et en 2014 j'ai pris mon billet aller simple pour Roissy :)
Aujourd'hui je travaille dans la communication et j'habite en banlieue parisienne avec mon mari et notre petite Lana.



Peux-tu nous raconter ce qu'il s’est passé le 2 juin dernier au Musée du Louvre ?



Une de mes petites sœurs est venue me rendre visite en juin et on faisait le circuit touristique classique (Tour Eiffel, Palais de Versailles, etc.)
À ce moment-là, Lana avait 5 mois et demandait la tétée quasi toutes les heures en journée car elle dormait bien la nuit. Je l'ai allaitée 3 fois au Louvre ce jour là - les deux premières fois sans souci (un agent m'a regardé gentiment, et une femme était un peu mal a l'aise mais elle n'a rien dit).
La dernière fois, vers 17h00, j'ai trouvé une salle quasi-vide avec un banc pour allaiter avant de quitter le musée. Dès que j'ai commencé à donner le sein à Lana, l'agent dans la salle est venu me voir et a regardé Lana de près. Il m'a dit que ce n'était pas permis. Pourtant je portais un haut d'allaitement et on ne voyait rien du tout ! Quand j'ai demandé pourquoi il m'a expliqué que cela pouvait déranger certains visiteurs et il m'a conseillé d'aller aux toilettes.
J'ai répondu que si ça dérangeait les autres tant que ça, je pouvais couvrir leurs têtes si besoin...
J'ai refusé d'aller aux toilettes bien évidemment et j'ai tenté d'allaiter Lana… mais elle avait senti que je n'étais pas bien. On est donc parti et j'ai donné le sein sur un banc, à l’extérieur du musée.

 

 

 



Comment as-tu vécu ce moment et les répercussions médiatiques qu’il y a eu suite à ça ?



Sur le moment, j'étais choquée car je me suis dit, mais c'est la France ! Culturellement, j'étais perdue, je ne comprenais pas du tout (les américains voient les français comme un peuple très ouvert).
Je n’ai compris qu’après que le sujet faisait polémique, en voyant les retombées médiatiques et les différents commentaires sur les réseaux sociaux : tellement de gens m’ont jugé, en me disant de tirer mon lait, de ne pas ramener un bébé au musée, de payer pour allaiter dans les toilettes "très propres" du Carrousel du Louvre… Et mon commentaire préféré : que j'essayais de séduire les hommes sous prétexte de donner à manger.
J'avoue qu'à partir de ce jour-là, quand j'allaite dehors, il y a toujours une petite voix dans ma tête qui me dit “est-ce que ça dérange les personnes autour là ?”.



Tu as prêté ton visage pour notre campagne ; pourquoi était-ce important pour toi d’y participer ?



Après mon accouchement, je souffrais d'une dépression postpartum, renforcée notamment par la solitude car ma famille est aux US. Au début, je ne sortais pas du tout avec Lana car j'avais peur d'allaiter en public. C'était un cercle vicieux.
Petit à petit, avec l'aide des autres mamans qui ont allaité (mes amies, ma grande sœur), je suis devenue plus à l'aise. Je me suis rendue compte que c'était vraiment dommage que je me sois privée d'une vie normale à cause de la peur du regard des autres.
Mon but, en racontant mon histoire au journaliste en juin, c'était de m’assurer que ça n'arrive pas aux autres mamans.
Si j’ai souhaité participer à votre campagne, c’est pour la même raison : donner du courage aux autres mamans.
Mais si l'histoire du Louvre m'était arrivée au tout début de mon allaitement ; je n'aurais sûrement pas réagi de la même manière et je n’aurais rien dit !

 


Quel message aimerais-tu faire passer à...


 

À celles.ceux qui critiquent et/ou empêchent l’allaitement dans des lieux publics ?

 

Nous sommes des mammifères, point barre.

Aux mamans et mum-to-be qui souhaitent allaiter mais craignent de le faire en public ?

 

Ne pensez pas aux autres, pensez au bien-être de vous et votre bébé.
Si vous avez peur car vous ne voulez pas montrer trop de peau (c'était mon cas), porter un vêtement adapté m’a beaucoup aidé !

 (On entend d’ici les plus méfiants d’entre vous : non non non, ceci n’est pas de la publicité déguisée ! On n’a rien soufflé).

Et surtout, allaitez votre bébé autant de temps que vous le souhaitez.  Je me suis rendu compte qu'il y a beaucoup de jugement envers les mamans allaitantes en France et je trouve que c'est vraiment dommage.  J'ai eu plusieurs remarques, même venant d'un médecin, parce que j'allaite toujours mon bébé de 9 mois ! Entourez-vous de personnes qui vous soutiennent et ne faites pas attention aux autres.

 

Et enfin, question finale : pour toi, l’allaitement c’est partout, tout le temps ? 

 

Oui ! J'ai allaité Lana debout sur des files d'attente, dans le métro Parisien et New Yorkais, dans des avions, en randonnée… Une fois que j'ai arrêté de penser aux autres je me suis rendue compte à quel point l'allaitement à facilité ma vie.